Comment un environnement de travail dynamique peut-il stimuler le bien-être ?

De plus en plus souvent, des organisations optent pour un environnement de travail dynamique ou un environnement de travail lié aux activités au sein duquel les utilisateurs ne disposent plus d’un poste de travail fixe qui leur est attribué.

Ne perdons pas de vue qu’un environnement de travail doit garantir, en tout premier lieu, le confort et le bien-être des travailleurs, un élément bien souvent négligé lors de l’élaboration d’un environnement de travail lié aux activités, au profit du principe de réduction des coûts. De plus, des études scientifiques ont démontré qu’un environnement de travail flexible Dynamische werkomgeving vs. welzijnne s’avère pas être le meilleur choix si l’on vise un confort d’utilisation optimal.

Au sein d’une organisation, la perception d’une perte de confort génère bien souvent des réticences. Ainsi, l’environnement de travail dynamique serait opposé au bien-être.

Raisonnons un instant en fonction de la perspective sociologique. Nous associons le bien-être des travailleurs à la réalisation de travaux actifs selon le modèle de Karasek qui comporte 2 variables : la latitude décisionnelle et les exigences de nos tâches.

  • Nous connaissons tous ce qu’est le travail ennuyeux et monotone. Il s’agit du travail à la chaîne, un travail répétitif sur lequel l’employé ne peut exercer qu’une influence limitée. Il s’agit d’un travail simple, tant que nous sommes capables de l’exécuter, naturellement.
  • Un travail simple nous offre trop de latitudes décisionnelles pour de faibles exigences. Il convient d’être vigilent, car ce type de travail peut conduire à la démotivation ! Pensons, notamment, aux télétravailleurs pour lesquels les tâches ne sont pas clairement définies.
  • Nous tentons d’éviter un travail stressant. Ainsi, un épuisement et un burn-out peuvent être la conséquence d’une surcharge de travail comprenant des tâches difficiles, le tout, en combinaison avec un manque d’impact sur le déroulement du travail.
  • Nous recherchons un travail stimulant. Mener à bien diverses tâches stimulantes en déterminant soi-même les circonstances dans lesquelles nous les réalisons.

L’environnement de travail dynamique nous offre des choix et stimule donc activement les latitudes décisionnelles de l’utilisateur !

Si, en tant qu’utilisateur, je souhaite parcourir attentivement un texte difficile, j’opte alors pour un local silencieux ou je me rends à mon domicile pour travailler. Je m’attelle à certains projets dans un environnement équipé spécialement à cet effet. J’effectue les travaux relatifs à des dossiers avec mes collègues au sein d’un îlot.

L’environnement de travail dynamique m’offre certaines alternatives en matière de cadre de travail, et ce, en fonction de mes exigences de travail. Si nous élaborons un environnement de travail en fonction de l’organisation et que nous encadrons bien cette mise en œuvre, l’environnement dynamique nous aidera à réduire le stress et contribuera au bien-être des utilisateurs.

Fermer le menu