Un bureau paysager n’est pas un autre

De temps en temps, un article apparaît avec un titre comme 'personnes insatisfaites et improductives dans les bureaux de paysager' ou 'enfin prouvé : le bureau de paysagiste n’est pas une bonne idée'. Bien souvent, il s’agit de la façon dont on n’arrive pas à se concentrer dans un environnement de bureau ouvert. En soi, cela semble évident : là où de nombreuses personnes travaillent ensemble, le risque de parasitage augmente. Le problème, cependant, est que cela est souvent présenté de manière trop simple. La définition est souvent mal faite, en quoi consiste exactement un bureau de paysager ?

Lors de la lecture de ce type d’articles, il est important de poser un certain nombre de questions. Pour commencer ; combien d’espaces ensemble faut-il pour un bureau paysager ? Il semble évident qu’il s’agit d’un nombre de bureaux réunis dans un espace ouvert, mais combien sont-ils ? Il existe une différence essentielle entre un lieu où six bureaux sont réunis et un autre où il y en a 20. La question est la suivante : quelle est la densité des taches ? Cela semble déjà être un facteur plus difficile à déterminer avec précision. Mais si les lieux sont plus éloignés, les éléments négatifs que l’on associe à un environnement ouvert seront évidemment moins prononcés. Quatre bureaux sur 20 mètres carrés seront bien différents de quatre bureaux sur 200 mètres carrés. De plus, toutes sortes de mesures acoustiques dans les bureaux peuvent fortement influencer la quantité de bruit, et les cloisonnements et les plantes peuvent fournir plus de repos visuel. Ce sont déjà quelques facteurs de l’agencement spatial d’un bureau qui ont un impact majeur.

Mais en plus de ces facteurs « physiques », il y a un certain nombre d’autres éléments que nous devons garder à l’esprit lorsque nous pensons aux parasites dans un « bureau paysager ». Des facteurs qui peuvent être encore plus importants. La majorité du bruit et des distractions au bureau viennent de nos collègues. C’est pourquoi nous devons également poser la question suivante: comment utilisons-nous les lieux de travail au bureau ? Dans certains bureaux, chacun a son propre lieu de travail et dans d’autres, les personnes partagent les mêmes lieux de travail. Bien entendu, cela a également un impact sur la manière dont les gens perçoivent l’environnement de travail. Dans un espace ouvert avec des emplacements fixes, vous devriez avoir un peu de chance ; si vous êtes assis à côté de collègues gentils et calmes, donc vous pourrez probablement continuer à travailler. Mais si vous êtes assis à côté du plus grand bavard du service, peut-être moins. Dans les environnements de travail où vous partagez des lieux et effectuez un 'activity based working', vous avez la possibilité de vous asseoir ailleurs et d’utiliser un espace plus approprié pour vous lorsque vous n’arrivez pas à vous concentrer. Enfin, nous utilisons un environnement de travail ouvert ensemble, en groupe, bien entendu. Quiconque parle de l’utilisation des lieux de travail devrait également parler du comportement ; sur les accords et la façon dont nous traitons les uns avec les autres. Dans chaque bureau, il existe des conventions et des règles (souvent non écrites). Dans un environnement ouvert, d’autres accords pourraient devoir être conclus pour que nous puissions continuer d’avancer ensemble.

En bref, si nous définissons un bureau paysager comme étant un grand espace ouvert, où plus de 10 lieux de travail sont proches les uns des autres et que l’on n’accorde que peu d’attention à l’acoustique et à la confidentialité visuelle, où les personnes ont leur propre lieu de travail fixe, mais sans avoir d’accord sur la manière dont elles peuvent utiliser l’endroit. Alors, avoir des bureaux paysagers ne sera pas une bonne idée en effet.

Laisser un commentaire

Fermer le menu