La nouvelle façon de travailler et ma vie privée : un couteau à double tranchant

« À l’aide ! Mon organisation opte pour la nouvelle façon de travailler. Adieu mon environnement de travail habituel, adieu ma vie privée ». Il s’agit là d’une boutade fréquente lors de la mise en place d’un environnement de travail dynamique, attisée généralement par les premières rumeurs au sujet de ces épouvantables bureaux paysagers où plus personne ne disposera de son propre espace. Ces bureaux paysagers ne seraient rien d’autre qu’un pigeonnier au sein duquel tout le monde ne fait que circuler. Il va sans dire que la réalité est bien plus nuancée.

Revenons à l’essentiel du concept relatif à la nouvelle façon de travailler, à savoir la recherche d’un travail complètement indépendant du lieu et du temps. Une utopie ? Pas du tout : concevez un bureau comme un espace de rencontre, prévoyez le matériel ICT nécessaire et concluez des conventions d’utilisation claires. Mais ne perdez surtout pas de vue l’aspect suivant : veillez à une supervision sur la base des prestations au lieu de la présence. Dans ce concept, où sont les risques de violation de la vie privée ?

Coaching et communication

Mon patron doit donc connaître le contenu, la charge de travail et le statut de mon travail. Je dois donc communiquer et jouer cartes sur table. Quelle quantité de travail puis-je assumer dans un intervalle déterminé ? Mon patron a-t-il communiqué clairement ce qu’il attend de moi ? Aussi étrange que cela puisse paraître, de telles concertations ne semblent pas couler de source au sein de toutes les organisations. Une mise en place fructueuse de la nouvelle façon de travailler suppose principalement un investissement au niveau de la supervision des employés. Ainsi, le chef hiérarchique n’est plus seulement un coach, mais devra communiquer de manière transparente et extrêmement ciblée.

Moments regroupés d’interaction

Je dispose donc d’une liberté totale pour choisir l’endroit où je désire travailler ! Super ! Et que dois-je faire lorsque mon téléphone portable sonne à 10 heures, alors que je suis encore en train de parler avec le professeur qui donne cours à l’un de mes enfants ? Puis-je me permettre de ne pas répondre au téléphone ? Actuellement, de nombreuses entreprises et autorités publiques accordent une grande importance à la garantie de service. Ainsi, il est inacceptable de ne pas être joignable durant les heures de bureau. Ma vie privée n’est-elle pas violée lorsque je dois avouer que je ne me trouvais pas bien sagement derrière mon bureau ?

Mettons les choses au point. Le concept relatif à la nouvelle façon de travailler me permet, en tant qu’employé, d’assumer la responsabilité de pouvoir organiser mes tâches en fonction de mes objectifs. De même, les heures durant lesquelles je suis joignable, doivent être organisées et planifiées, et ce, de concert avec l’équipe et en fonction du service souhaité. Il s’agit donc de regrouper le plus possible ces différentes interactions et de définir des moments (sauf en cas de crise menaçant le monde) durant lesquels je peux communiquer de manière ciblée avec mon chef et mes collègues, et ce, dans le respect de la vie privée de chacun.

La technologie en tant que facilitateur

La technologie me vient ici également en aide. Ainsi, par un outil simple de communication , je suis à même de pouvoir informer mes collègues au sujet de mon emploi du temps, en d’autres termes, si je suis libre ou en réunion. Mon agenda électronique est également accessible à tous. Dès lors, mes collègues savent où je me trouve et avec qui je suis en réunion, même en tant que chef. Ce système empêche-t-il une réunion confidentielle ou une course rapide ? Non, en principe. Je ne dois juste pas oublier de cocher ces rendez-vous en tant que « privé ».

De la confiance, mais également des conséquences

La nouvelle façon de travailler est synonyme de liberté, mais implique également de devoir conclure des arrangements précis pouvant être perçus comme une menace pour notre vie privée. Grâce à la planification de nos activités, à la communication ouverte, à la maîtrise des attentes et à une évaluation basée sur les prestations plutôt que sur la présence, nous créons ainsi un cadre clair au sein duquel chaque employé peut y trouver sa place. Le concept relatif à la nouvelle façon de travailler exige une certaine confiance, mais implique aussi une série de conséquences lorsque les arrangements convenus n’ont pas été respectés. Cette nouvelle façon de travailler implique une adaptation (bien souvent conséquente) de notre comportement au sein de l’organisation. Dès lors, un accompagnement approprié, ainsi qu’une formation et un coaching personnalisés sont tout à fait justifiés.

Préserver ma vie privée tout en appliquant le concept relatif à la nouvelle façon de travailler : c’est possible ! Pour pouvoir prendre, je dois également être en mesure de pouvoir donner. Il s’agit donc d’un couteau à double tranchant.

Fermer le menu